Atelier de la Main Gauche

Exposition des gravures de Marìa Chillòn à l’atelier du 15 janvier au 14 février 2016

« J’essaie de rencontrer au cours du procédé, dans l’union des traits, dans la combinaison des lignes du burin, les réponses aux tensions entre les perceptions de mon corps et celles de mon esprit. En créant des formes qui, sans être figuratives, pourraient faire partie de mondes possibles par leur aspect organique, animal ou végétal, je veux chercher le sens des ombres qui se dessinent à la seconde où mes yeux se ferment et les matérialiser. Un clin d’œil pour capturer un instant du vivant avant qu’il ne se volatilise, pour attraper le mystère au delà de la peau.

La ligne est un élément basique de la représentation. Absente dans la nature en tant que telle, elle est partie intégrante de la mécanique d’abstraction qui s’opère dans l’esprit de l’artiste, nous offrant par là sa vision du monde.

Dans mon travail de graveur, je ne cherche pas à représenter la réalité mais à créer des volumes, des objets, des corps qui nous dévoilent un monde ambigu, dans lequel je cherche les réponses aux tensions entre les perceptions de mon corps et celles de mon esprit.

Les peurs induites par la douleur, la mort, la fragilité du corps mais aussi l’attraction vers les plaisirs qu’il nous procure s’opposent à l’idéal de beauté, d’amour, de spiritualité et au désir de transcendance.
Ma recherche se situe à la frontière de ce qui sépare l’homme de l’animal, quand le sensible se heurte aux idées, et les hormones aux neurones. La tête affronte les tripes sans qu’il n’y ait de vainqueur, pour faire sortir des images abstraites. Les émotions sans formes précises qui se métamorphosent en monstres drôles, oiseaux ou organes aux yeux du spectateur. » Marìa Chillòn

Vernissage le vendredi 15 janvier à partir de 18h.

CHILLON Au bout des doigts 2
Tagged on: , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *